Semex Ends Production in Quebec

Semex Ends Production in Quebec

The Semex alliance, which is co-owned by the Artificial Insemination Center of Quebec (CIAQ), will cease its production of bull semen in Sainte-Madeleine, Montérégie, as of August 31. These are transferred to Ontario.

Domestic seed production for Semex will therefore only be done in Ontario, at the Guelph and Kemptville sites. “There were three sites in Canada with bull barns. […] Semex has analyzed, with international competition, that we must rationalize. [She calculates] that it is possible to produce on two sites rather than three, ”explains CIAQ director general Mario Hébert, in an interview with La Terre .

The latter specifies that the seed distribution activities of the CIAQ in Saint-Hyacinthe are maintained. Research and development operations at the Boviteq embryology laboratory, a division of Semex, will also continue in the same city.

“We are indirectly affected, but it does not concern us directly […] It will not change anything for Quebec producers who will continue to receive the same services for insemination,” says Hébert.

The 70 employees affected by the news in Sainte-Madeleine were informed on February 17.

L’alliance Semex, qui est copropriété du Centre d’insémination artificielle du Québec (CIAQ), cessera ses activités de production de semences de taureaux à Sainte-Madeleine, en Montérégie, à compter du 31 août. Celles-ci sont transférées en Ontario.
La production de semences au pays pour Semex se fera donc uniquement en Ontario, sur les sites de Guelph et de Kemptville. « Il y avait trois sites au Canada avec des étables à taureaux. […] Semex a analysé, avec la compétition internationale, qu’on doit rationaliser. [Elle calcule] qu’il est possible de produire sur deux sites plutôt que trois », explique, assure le directeur général du CIAQ, Mario Hébert, en entrevue avec La Terre.

Ce dernier spécifie que les activités de distribution de semences du CIAQ à Saint-Hyacinthe sont maintenues. Les opérations de recherche et développement au laboratoire d’embryologie Boviteq, une division de Semex, se poursuivront également dans cette même ville.

« On est indirectement touchés, mais ça ne nous concerne pas directement […] Ça ne changera rien pour les producteurs du Québec qui continueront à recevoir les mêmes services pour l’insémination », assure M. Hébert.

Les 70 employés concernés par la nouvelle à Sainte-Madeleine ont été informés le 17 février.

 

Source: La Terre

Scroll to Top